in the news: ” Надежда Толоконникова показала ГУЛАГ ” … (Ru-Fr-En)

Надежда Толоконникова показала ГУЛАГ

NDE: For Translations: see links / Voir le lien pour la traduction)…
Nadejda Tolokonnikova • Résistante http://courrierint.com/node/1030330  via @courrierinter

Участница  Pussy Riot описала ужасные условия в своей колонии и объявила голодовку, опасаясь расправы

Участница группы Pussy Riot Надежда Толоконникова, отбывающая наказание в мордовской колонии, в понедельник объявила голодовку. Она утверждает, что администрация колонии угрожает ей убийством из-за того, что она выступила против массового нарушения в ИК-14 прав осужденных женщин. Условия пребывания и царящие там законы Толоконникова описала в письме, переданном одному из российских информагентств ее мужем Петром Верзиловым. Его содержание шокировало даже видавших виды правозащитников.

надежда толоконникова условия содержания колония угроза жизни

 
     
  фото: Геннадий Черкасов  

Как пишет Толоконникова, в ИК-14 женщины заняты на швейном производстве — шьют форму для полицейских. «Вся моя бригада в швейном цехе работает по 16–17 часов в день. С 7.30 до 0.30. Сон — в лучшем случае часа четыре в день. Выходной случается раз в полтора месяца. Почти все воскресенья — рабочие. Осужденные пишут заявления на выход на работу в выходной с формулировкой «по собственному желанию». На деле, конечно, никакого желания нет. Но эти заявления пишутся в приказном порядке по требованию начальства и зэчек, транслирующих волю начальства».

Для того чтобы контингентом колонии было легко управлять, по словам Толоконниковой, «широко используется система неформальных наказаний». Одно из распространенных — запрет войти в барак до отбоя, который применяется независимо от погодных условий. Одной из женщин, как утверждает Толоконникова, после такого наказания пришлось ампутировать отмороженные ногу и пальцы рук. Другим популярным методом воздействия на осужденных является запрет на отправление естественных нужд и гигиену. Также в колонии могут «закрыть пищевую каптерку и чайхану» — то есть запретить употреблять собственную еду и напитки. О еде, которую предлагает заключенным сама колония, Толоконникова написала следующее: «осужденным всегда дается только черствый хлеб, щедро разбавленное водой молоко, исключительно прогоркшее пшено и только тухлый картофель. Этим летом в колонию оптом завозили мешки склизких черных картофельных клубней. Чем нас и кормили».

«Мечтающая только о сне и глотке чая, измученная, задерганная, грязная, осужденная становится послушным материалом в руках администрации, рассматривающей нас исключительно в качестве бесплатной рабсилы», — делает вывод Толоконникова. И пытается подсчитать полученную администрацией выгоду: «в июне 2013 года моя зарплата составила 29 (двадцать девять!) рублей. При этом в день бригада отшивает 150 полицейских костюмов. Куда идут деньги, полученные за них?»

Толоконникова утверждает: норма эта — с учетом того, что новеньких профессии не обучают, а оборудование сильно устарело и постоянно ломается, — сильно завышена. Если же задание кем-то не исполняется, следует коллективное наказание бригады — многочасовое стояние на плацу с запретом сходить в туалет или выпить глоток воды, что настраивает зэчек друг против друга. В письме приводятся конкретные случаи избиений осужденных, издевательств над ними. Так, Толоконникова описывает случай, когда новеньких, не успевающих сделать дневную норму, заставляли работать голыми.

Отдельное место в письме занимают санитарно-бытовые условия в колонии. Толоконникова утверждает, что для 800 ее обитательниц открыта всего одна комната гигиены вместимостью пять человек, а полностью помыться отряд иногда не может по две-три недели. «Когда забивается канализация, из комнат гигиены хлещет моча и летит гроздьями кал… Стирка — раз в неделю. Прачка выглядит как небольшая комната с тремя кранами, из которых тонкой струей льется холодная вода», — пишет осужденная.

По словам Толоконниковой, «жалобы из колонии просто не уходят». А если это все-таки происходит через адвокатов или родственников, администрация использует метод коллективного давления на жалобщика по принципу: «ты нажаловался, что нет горячей воды, — ее выключают вовсе».

Как следует из письма Толоконниковой, когда она решилась выступить против бесправного положения осужденных женщин, администрация колонии начала настраивать их же против нее, провоцируя конфликты. А потом произошло следующее. «30 августа я обратилась к подполковнику Куприянову с просьбой обеспечить всем осужденным в бригаде, в которой я работаю, восьмичасовой сон. «Хорошо, с понедельника бригада будет работать даже восемь часов», — ответил он. Я знаю — это очередная ловушка, потому что за восемь часов нашу завышенную норму отшить физически невозможно. Следовательно, бригада будет не успевать и будет наказана. «И если они узнают, что это произошло из-за тебя, — продолжил подполковник, — то плохо тебе уже точно никогда не будет, потому что на том свете плохо не бывает», — пишет Толоконникова. Такое заявление она расценила как угрозу своей жизни и обратилась с жалобами в СКР и к уполномоченному по правам человека. Ее адвокат Ирина Хрунова пояснила в понедельник:

— Надежда Толоконникова в своем заявлении в Следственный комитет просит возбудить уголовное дело по статье «угроза убийством» против замначальника ИК-14 Юрия Куприянова. Также она просит обеспечить ей меры защиты, поскольку получает угрозы от сотрудника колонии и от других заключенных.

Член общественной палаты, председатель Совета общественно-наблюдательных комиссий за местами лишения свободы Мария Каннабих так прокомментировала «МК» произошедшее:

— То, что описала Надежда Толоконникова, конечно, очень страшно. Я была в этой колонии перед Новым годом, 29 декабря. Конечно, каждая колония — это огромное хозяйство, и ее руководство старается показать то, что им хочется показать. Мне не бросилось в глаза, что это самая плохая колония. А с Надеждой я сама не разговаривала, это делала журналистка Елена Масюк, и каких-то таких ужасов Толоконникова тогда не рассказывала. Сейчас, после ее письма, я снова выезжаю в эту колонию и там обязательно постараюсь с ней встретиться. Но может так получиться, что она не захочет общаться. В любом случае, большая проверка всего, что изложено в ее письме, будет.

— Вы хотя бы верите в то, что она написала?

— К сожалению, я не знаю колоний, где бы было хорошо. Заключенные действительно там очень много работают, особенно в женских колониях. Обучиться этому сложно, рабочий день большой. Несмотря на это, начальство колонии обычно утверждает, что права заключенных соблюдаются, а сами они говорят, что пишут заявления на увеличенный рабочий день, потому что хотят больше заработать, чтобы иметь возможность покупать что-то в магазинах… Все это будет проверяться на месте.

— А что касается условий содержания? То, что описывает Толоконникова, просто фашизм какой-то…

— К сожалению, зачастую все зависит от личных качеств сотрудников колонии. Как и везде, среди них бывают более порядочные люди и менее порядочные. Если это жестокие люди, то они и стараются жестоко наказать осужденного за любую провинность, да еще и сделать это не единожды. Что касается конкретного случая, то все-таки прежде, чем делать какие-то выводы относительно сотрудников этой колонии, мне хочется лично поговорить с Надеждой и убедиться в ее словах.

 

материал: Лина Панченко газетная рубрика: СЕГО ДНЯ теги: надежда толоконникова, условия содержания, колония, угроза жизни Московский Комсомолец № 26341 от 24 сентября 2013 г., просмотров: 13927

Advertisements

About jonwadier

Translator
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

One Response to in the news: ” Надежда Толоконникова показала ГУЛАГ ” … (Ru-Fr-En)

  1. jonwadier says:

    Une Pussy Riot entame une grève de la faim contre ses conditions de détention: “C’est la seule solution”

    23/09/2013 | 18h25

    La Pussy Riot Nadezhda Tolokonnikova le 26 juillet 2013 (REUTERS/Sergei Karpukhin)

    Dans une lettre ouverte remise à son avocat et traduite en anglais par une journaliste du magazine n+1, la Pussy Riot Nadezhda Tolokonnikova déclare entamer une grève de la faim pour protester contre des conditions de détention proches de l’esclavage au sein du camp de travail pour femmes de Mordovie. La jeune femme a été condamnée en août 2012 à y purger une peine de deux ans pour une “prière punk” contre Poutine chantée dans la cathédrale de Moscou. Nous avons traduit sa lettre en français.

    [Mise à jour le 24 septembre 2013: Les services pénitentiaires russes, cités par l’agence de presse russe Interfax et repris par l’AFP, ont déclaré que Nadezhda Tolokonnikova a été placée en cellule d’isolement, tout en assurant qu’il ne s’agissait pas d’une cellule disciplinaire: “Tolokonnikova a été placée dans ce qu’on appelle un endroit sûr dans la colonie. Ce n’est pas une cellule disciplinaire. Elle se trouve dans une cellule isolée de 7 mètres carrés, dans des conditions confortables: un lit, un réfrigérateur et un WC”, a indiqué le porte-parole du Service cité par Interfax. L’avocate de la militante des Pussy Riot a confirmé à l’agence d’information judiciaire RAPSI que la jeune femme “avait été placée dans un endroit sûr”. “Elle ne m’a rien dit sur une cellule disciplinaire”, a-t-elle ajouté.]

    “Je commence le lundi 23 septembre une grève de la faim. C’est une pratique extrême mais je suis convaincue que c’est la seule solution qui s’offre à moi pour sortir de ma situation actuelle.

    L’administration pénitentiaire refuse de m’écouter. Mais, en échange, je refuse de me plier à ses exigences. Je ne resterai pas silencieuse, à regarder mes camarades prisonnières s’effondrer à cause de la fatigue engendrée par les conditions proches de l’esclavage que nous subissons. J’exige que l’administration pénitentiaire respecte les droits humains, j’exige que le camp de Mordovie fonctionne dans le respect de la loi. J’exige que nous soyons traitées comme des êtres humains et non comme des esclaves.

    Cela fait un an que je suis arrivée à la colonie pénitentiaire n°14 dans le village de Parts, en Mordovie. J’ai commencé à entendre parler des colonies pénitentiaires de Mordovie alors que j’étais toujours détenue au Centre n°6 avant mon procès, à Moscou, avec les prisonniers qui disaient tout le temps: “Ceux qui n’ont jamais été emprisonnés en Mordovie n’ont jamais été emprisonnés du tout”. Ils ont les niveaux de sécurité les plus élevés, les journées de travail les plus longues et les violations de droit les plus flagrantes. Quand ils vous envoient en Mordovie, c’est comme s’ils vous conduisaient à l’échafaud. Jusqu’au dernier moment, elles continuent d’espérer: “Peut-être qu’ils ne vous enverront pas en Mordovie après tout ? Peut-être que ça va se calmer ?” Rien ne se calme, et à l’automne 2012 je suis arrivée au camp, sur les bords de la rivière Partsa.

    J’ai été accueillie par ces mots du chef de la colonie pénitentiaire le lieutenant-colonel Kupriyanov, qui, de facto, est l’administrateur en chef de notre colonie: “Concernant la politique, vous devez savoir que je suis staliniste”. Le colonel Kulagin, l’autre chef de l’administration – la colonie est dirigée en tandem – m’a convoquée le premier jour avec pour objectif de me forcer à confesser ma culpabilité. “Un malheur vous est arrivé, n’est-ce pas ? Vous avez été condamnée à deux ans dans la colonie. Les gens changent d’avis normalement lorsque de mauvaises choses leur arrivent. Si vous voulez être en liberté conditionnelle dès que possible, vous devez avouer votre culpabilité. Si vous ne le faites pas, vous ne serez pas mise en liberté conditionnelle”. Je lui ai dit directement que je ne travaillerais que les huit heures imposées par le code du travail. “Le code est une chose – ce qui importe réellement est de remplir votre quota. Si vous ne le faites pas, vous faites des heures supplémentaires. Vous devez savoir que nous avons brisé des volontés plus fortes que la vôtre”, m’a répondu Kulagin.

    Mon unité de couture travaille de seize à dix-sept heures par jour. De 7h30 à 00h30. Nous avons au mieux quatre heures de sommeil par nuit. Nous avons une journée de repos chaque mois et demi. Nous travaillons presque tous les dimanches. Des prisonnières font tourner des pétitions qui proposent de travailler les week-ends “selon nos envies”. En vérité, il n’y a, bien sûr, aucune “envie”. Ces pétitions sont écrites sur ordre de l’administration et sous la pression des prisonnières qui aident à appliquer les directives.

    Personne n’ose désobéir à ces ordres et ne pas remettre de telles pétitions concernant le travail du dimanche, ce qui signifie travailler jusqu’à une heure du matin. Une fois, une femme de 50 ans a demandé à retourner à la zone résidentielle à 20h au lieu de 00h30 afin qu’elle puisse se coucher à 22h et dormir huit heures une fois par semaine. Elle se sentait malade, elle avait des problèmes de tension artérielle. En guise de réponse, ils ont organisé une réunion d’unité pour démolir cette femme, l’insulter et l’humilier, la traiter de parasite. “Tu penses que tu es la seule à vouloir dormir plus ? Tu dois travailler plus, grosse vache !” Quand une personne a un certificat médical pour ne pas venir travailler, elle est aussi brutalisée. “J’ai travaillé quand j’avais 40° de fièvre et ça a été. Tu crois quoi ? Qui va combler le manque pour toi?”

    J’ai été accueillie dans mon unité résidentielle par les mots d’une prisonnière qui finissait sa peine de neuf ans : “Les porcs ont peur de te toucher eux-mêmes. Ils veulent le faire avec les mains des prisonnières.” Dans la colonie, les détenues en charge des brigades ainsi que les plus anciennes sont celles qui privent les autres prisonnières de leurs droits, qui les terrorisent et les transforment en esclaves sans droit de parole – sur ordre de l’administration. Pour maintenir la discipline et l’obéissance, il y a un système largement implanté de punitions non-officielles. Les détenues sont forcées à “rester dans le lokalka (un passage clôturé entre deux zones du camp) jusqu’à l’extinction des feux” (la prisonnière a interdiction de se rendre dans les baraquements – que l’on soit en automne ou en hiver. Dans la seconde brigade, réunissant les personnes âgées et handicapées, il y avait une femme qui a eu les doigts et le pied amputés car ils avaient gelé lors d’une journée passée dans le lokalka). Elles peuvent “perdre leurs privilèges hygiéniques” (la prisonnière a interdiction de se laver ou d’aller aux toilettes), “perdre leurs privilèges de cantine et de salon de thé” (la prisonnière a interdiction de manger ou de boire). C’est à la fois drôle et effrayant quand une femme de 40 ans vous dit: “On dirait que nous sommes punies aujourd’hui ! Je me demande si nous serons punies demain aussi.” Elle ne peut pas quitter l’atelier de couture pour aller aux WC ou prendre une douceur dans son sac. C’est interdit.

    Rêvant seulement de dormir et de boire une gorgée de thé, la prisonnière exténuée et sale devient du mastic dans les mains de l’administration, qui nous voit seulement comme de la main d’œuvre gratuite. En juin 2013, mon salaire était de 29 (29 !) roubles [0,67 euros] par mois. Notre brigade coud 150 uniformes de police par jour. Où va l’argent qu’ils récoltent avec ?

    Le camp a reçu plusieurs fois des fonds pour acheter de nouveaux équipements. Cependant, l’administration a seulement fait repeindre les machines à coudre par les travailleuses. Nous cousons avec des machines très fatiguées. Selon le code du travail, lorsque l’équipement ne correspond pas aux standards en vigueur dans l’industrie, les quotas doivent être abaissés en fonction des accords commerciaux habituels. Mais les quotas ne font que grimper. “Si vous les laissez voir que vous pouvez produire 100 uniformes, ils relèveront le minimum à 120 !” m’a dit une ancienne des machines. Et vous ne pouvez pas ne pas remplir vos quotas sinon toute votre unité sera punie. La punition pourra être, par exemple, de rester debout dans la cour pendant des heures. Sans autorisation d’aller aux toilettes. Sans avoir le droit de boire de l’eau.

    Il y a deux semaines, les quotas ont été arbitrairement relevés pour toutes les brigades de 50 unités. Si le minimum était avant de 100 uniformes par jour, il est désormais de 150. Selon le code du travail, les ouvriers doivent être informés d’un changement dans les quotas de production au minimum deux mois avant qu’il entre en vigueur. Au PC-14, nous nous sommes réveillées un matin pour découvrir que nous avions de nouveaux quotas, car l’idée avait simplement surgi dans la tête des administrateurs de notre atelier d’exploitation (c’est comme ça que les prisonnières appellent la colonie). Le nombre de personnes dans la brigade diminue (elles sont libérées ou transférées) mais les quotas augmentent. En conséquence, celles qui restent doivent travailler de plus en plus dur. Les mécaniciens disent qu’ils n’ont pas les pièces nécessaires pour réparer les machines et qu’ils ne les recevront pas. “Il n’y a pas les pièces ! Quand arriveront-elles ? Vous rigolez ? C’est la Russie. Pourquoi poser cette question ?” Durant mes premiers mois dans la zone de travail, je suis pratiquement devenue mécanicienne. J’ai appris par nécessité. Je me lançais sur ma machine, tournevis en main, désespérée de la réparer. Vos mains sont pleines de marques de piqûres et couvertes d’éraflures, votre sang est partout sur le plan de travail, mais vous devez continuer à coudre. Vous faites partie d’une équipe et vous devez accomplir votre travail tout comme les couturières expérimentées. Pendant ce temps, la machine continue de tomber en panne. Parce que vous êtes nouvelle et qu’il y a un manque, vous vous retrouvez avec le pire équipement – le plus faible moteur de la rangée. Et il tombe en panne encore et encore, vous courez voir le mécanicien, qui est impossible à trouver. Ils vous crient dessus, ils vous réprimandent pour avoir ralenti la production. Il n’y a pas de cours de couture à la colonie non plus. Les nouveaux sont assis devant leurs machines où on leur donne leurs tâches.

    “Si tu n’étais pas Tolokonnikova, tu aurais été battue depuis longtemps”, m’a dit une prisonnière proche de l’administration. C’est vrai : les autres sont battues. Parce qu’elles ne peuvent pas garder la cadence. Ils les frappent dans les reins, au visage. Les prisonnières elles-mêmes donnent les coups et pas une seule ne doit s’arrêter sans l’accord de l’administration. Il y a un an, avant que j’arrive, une femme gitane de la troisième unité a été battue à mort (la troisième unité est celle où ils mettent les prisonnières qui sont battues tous les jours). Elle est morte dans l’unité médicale du PC-14.

    L’administration a pu couvrir sa mort : la cause officielle de son décès est une crise cardiaque. Dans une autre unité, de nouvelles couturières qui n’arrivaient pas à suivre le rythme ont été déshabillées et forcées à coudre nues. Personne n’ose se plaindre à l’administration parce qu’ils se contenteront de sourire et de renvoyer les prisonnières dans leurs unités où la “moucharde” sera battue sur ordre de la même administration. Pour l’administration de la colonie, le bizutage contrôlé est une méthode pratique pour forcer les prisonnières à la soumission totale.

    Une atmosphère angoissante et menaçante se répand dans toute la zone de travail. Privées de sommeil, écrasées par la course infinie pour remplir les quotas inhumains, les détenues sont toujours sur le point de craquer, de se crier dessus, de se battre pour la moindre chose. Encore récemment, une jeune fille a reçu un coup de ciseaux à la tête parce qu’elle n’avait pas rendu un pantalon à temps. Une autre a essayé de s’ouvrir l’estomac avec une scie à métaux. Ils l’ont arrêtée.

    Celles qui se sont retrouvées au PC-14 en 2010, l’année du feu et de la fumée, ont raconté qu’alors que les feux de forêt se rapprochaient des murs de la colonie, les prisonnières ont continué à se rendre dans leur zone de travail pour remplir leurs quotas. A cause de la fumée, vous ne pouviez pas voir à deux mètres devant vous mais elles ont mis des mouchoirs mouillés sur leurs visages et sont allées travailler malgré tout. A cause des conditions d’urgence, les prisonnières n’ont pas été emmenées à la cafétéria. Plusieurs femmes m’ont dit qu’elles étaient si affamées qu’elles ont commencé à écrire pour raconter l’horreur qu’elles vivaient. Quand le feu a été éteint, la sécurité du camp a minutieusement brûlé les journaux intimes afin qu’aucun ne sorte à l’extérieur.

    Les conditions d’hygiène et de vie dans le camp sont calculées afin que les prisonnières se sentent comme des animaux dégoûtants. Bien qu’il y ait des espaces dédiés à l’hygiène dans les dortoirs, il y a aussi une “pièce d’hygiène générale” dédiée à la correction et à la punition. Cette pièce peut contenir cinq personnes, mais les 800 prisonnières de la colonie sont envoyées là-bas pour se laver. Nous ne pouvons pas nous laver dans les salles de bain de nos baraquements – ça serait trop facile. Nous sommes autorisées à laver nos cheveux une fois par semaine. Cependant, même ce jour-là peut être annulé. Une pompe cassera ou la tuyauterie sera coupée. A un moment, mon unité n’a pas pu se laver pendant deux voire trois semaines.

    Quand la tuyauterie tombe en panne, nous nous faisons éclaboussées par de l’urine et des déjections sortent de la pièce d’hygiène. Nous avons appris à déboucher les tuyaux nous-mêmes mais nos succès ne durent pas – les tuyaux sont vite à nouveau bouchés. La colonie n’a pas de furet pour déboucher les tuyaux. Nous pouvons faire une lessive une fois par semaine. La blanchisserie est une petite pièce avec trois robinets d’où s’écoule de minces filets d’eau froide.

    Comme punition, ils peuvent aussi donner aux prisonnières du pain rassis, du lait tourné, du millet oxydé et des patates pourries. Cet été, ils ont apporté des sacs de petites patates noires en vrac qu’ils nous ont données en guise de nourriture.

    Les violations des conditions de travail et de vie au PC-14 sont infinies. Cependant, mon grief le plus important est plus grand que tous ceux-là. C’est que l’administration de la colonie empêche toute plainte ou réclamation concernant les conditions au PC-14 de franchir les murs de la colonie par tous les moyens possibles. L’administration force les gens à rester silencieux et n’hésite pas à employer les moyens le plus bas et et les plus cruels pour y parvenir. Tous les autres problèmes découlent de celui-ci – les quotas augmentés, les journées de travail de seize heures, etc. L’administration se sent intouchable et oppresse les prisonnières avec une sévérité croissante. Je ne pouvais pas comprendre pourquoi tout le monde restait silencieux jusqu’à ce que je me heurte à l’avalanche d’obstacles qui déferle sur les prisonnières qui décident de parler. Les plaintes ne quittent pas la prison. La seule issue est de se plaindre au travers d’un avocat ou de proches. L’administration, mesquine et vindicative, utilisera tous ses mécanismes pour mettre la pression sur les prisonnières afin de leur montrer que les plaintes n’aident personne et ne font qu’empirer les choses. Ils utilisent des punitions collectives : vous vous plaignez qu’il n’y a pas d’eau chaude et ils coupent l’eau complètement.

    En mai 2013, mon avocat Dmitry Dinze a déposé une plainte concernant les conditions au PC-14 au bureau du procureur. Le directeur de la colonie, le lieutenant-colonel Kupriyanov, a immédiatement rendu les conditions au camp insupportables. Il y a eu une vague de rapports sur mes connaissances, la saisie de mes vêtements chauds, et la menace de saisie de mes chaussures chaudes. Au travail, ils se sont vengés en donnant des tâches plus compliquées, en augmentant les quotas, en provoquant des pannes. Les leaders de l’unité à côté de la mienne – les bras droits du lieutenant-colonel Kupriyanov – ont demandé aux prisonnières d’interférer avec mon rendement afin que je puisse être envoyée en cellule de punition pour “dommages sur la propriété du gouvernement”. Ils ont également ordonné aux prisonnières de déclencher une bagarre avec moi.

    On peut tout tolérer dans la mesure où cela n’affecte que nous. Mais la méthode de la punition collective est plus puissante puisqu’elle implique que votre unité ou toute la colonie endure votre punition en même temps que vous. Ce qui inclut des personnes auxquelles vous tenez. Une de mes amies s’est vue refuser la liberté conditionnelle, qu’elle attendait depuis sept ans, travaillant dur afin de dépasser ses quotas de travail. Elle a été réprimandée pour avoir bu du thé avec moi. Ce jour-là, le lieutenant-colonel Kupriyanov l’a transférée dans une autre unité. Une autre de mes proches connaissances, une femme très bien éduquée, a été jetée dans l’“unité de stress” afin d’être battue tous les jours car elle lisait et parlait d’un document du ministère de la Justice avec moi. Ils rédigent des rapports sur tous celles qui me parlent. Ça me blesse que des gens auxquels je tiens soient obligés de souffrir. En arborant un large sourire, le lieutenant-colonel Kupriyanov m’a dit : “Tu n’as probablement plus aucune amie !” Il m’a expliqué que tout cela arrivait à cause de la plainte de Dinze.

    Maintenant, je comprends que j’aurais dû entamer une grève de la faim en mai quand je me suis trouvée pour la première fois dans cette situation. Cependant, la pression énorme que l’administration a mise sur mes camarades prisonnières à cause de mes actions m’a conduite à arrêter de déposer des plaintes au sujet des conditions de la colonie.

    Il y a trois semaines, le 30 août, j’ai demandé au lieutenant-colonel Kupriyanov d’accorder huit heures de sommeil à ma brigade de travail. Nous étions en train de parler de baisser le nombre d’heures de travail journalier de seize à douze. “Très bien, à partir de lundi, la brigade ne travaillera que par tranche de huit heures”, m’a-t-il dit. Je savais que c’était un nouveau piège car c’est physiquement impossible de remplir les quotas plus élevés en huit heures. Donc, la brigade n’aura pas le temps et subira une punition. “Si quelqu’un découvre que tu es derrière ça, tu ne te plaindras plus jamais, a poursuivi le lieutenant-colonel, après tout, il n’y a pas de raisons de se plaindre dans l’au-delà.” Il s’est arrêté. “Et pour finir, ne demande jamais des choses pour d’autres gens. Demande seulement pour toi. Je travaille dans les camps depuis plusieurs années et tout ceux qui sont venus me voir pour demander des choses pour d’autres gens sont directement passés de mon bureau à la cellule de punition. Tu es la première personne à qui ça n’arrive pas”.

    Les semaines qui ont suivi, la vie dans mon unité de travail est devenue impossible. Les détenues liées à l’administration ont commencé à pousser les autres à obtenir vengeance. “Vous êtes interdites de thé et de nourriture, d’aller à la salle de bain et de fumer pendant une semaine. Maintenant vous serez tout le temps punies à moins que vous changiez d’attitude avec les nouvelles et surtout avec Tolokonnikova. Traitez-les comme les anciennes avaient l’habitude de vous traiter. Vous étiez battues ? Bien sûr que vous l’étiez. Ils vous ont arraché les lèvres ? Bien sûr. Qu’ils aillent se faire foutre. Vous ne serez pas punies”.

    Ils essayent encore et encore de me pousser à me battre avec elles, mais quel est le but de se battre avec des gens qui ne sont pas maîtres d’eux-mêmes, qui agissent seulement selon les ordres de l’administration?

    Les prisonnières de Mordovie ont peur de leurs propres ombres. Elles sont complètement terrifiées. Hier, elles étaient ouvertes vis-à-vis de moi, me suppliant de faire quelque chose à propos des journées de seize heures, mais après que l’administration a commencé à m’attaquer, elles ont eu peur de même me parler.

    Je me suis tournée vers l’administration avec une proposition pour gérer le conflit. J’ai demandé à ce qu’ils me libèrent de la pression pensée par eux et exercée par les prisonnières qu’ils contrôlent ; qu’ils abolissent le travail d’esclave à la colonie en abaissant le nombre d’heures de travail et les quotas afin d’entrer en règle avec la loi. La pression n’a fait que croître. De fait, à compter du 23 septembre, j’entame une grève de la faim et je refuse de participer au travail d’esclave de la colonie. Je le ferai jusqu’à ce que l’administration commence à se conformer à la loi et arrête de traiter les femmes incarcérées comme du bétail éjecté du domaine de la justice dans le but d’alimenter la production de l’industrie de la couture, jusqu’à ce qu’ils nous traitent comme des humains.

    Traduction: Carole Boinet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s